L’instrument

La trompe de chasse a beaucoup évoluée avec le temps (voir l’historique) mais son principe est simple : il s’agit d’un tube de cuivre ou de laiton de 4, 545 mètres de long enroulé sur trois tours et demi. C’est cette longueur précise qui lui confère sa tonalité de Ré.

Le son est produit par la vibration des lèvres du sonneur dans l’embouchure qui utilise alors la trompe comme un amplificateur, la colorant au passage de son timbre si particulier.

Il existe beaucoup de modèles de trompes construites par quelques facteurs (Couesnon, Périnet, Milliens, Cornelius, Fraize & Marques, …) Les différences entre les modèles sont liées aux matériaux utilisés, la qualité de finition, la précision ou la justesse et la méthode de fabrication.  À chaque sonneur sa préférence.
Certains facteurs assurent une fabrication entièrement artisanale alors que d’autres travaillent plutôt de manière « industrielle ». Là également, c’est une question de choix et parfois aussi…de budget.

 

Les embouchures

 

 

Quelles sont les différences entre les modèles d’embouchures proposés aux sonneurs ? Elles ont toutes un son particulier. Les sonneurs veillent à utiliser un diamètre qui leur convient et à y trouver un certain confort d’utilisation… C’est une question de mariage sonore entre l’embouchure et la trompe, de précision, de timbre, de matériaux…

Les bassistes s’orientent vers des embouchures plus ouvertes, au diamètre plus large, afin de faciliter l’accès aux notes graves.

 

Les pupitres

Notre instrument est monodique.  Cela signifie qu’il ne peut produire qu’un son à la fois, comme la trompette par exemple.  Pour sonner des pièces de musique, nous avons besoin d’être en groupe.  Chaque sonneur a son rôle, soigneusement défini en répétition.

Les passages forts sont produits par les sonneurs de “forté” :

  • Les “Chants forté” sonnent la mélodie du morceau.
  • Les “Secondes forté” exécutent une voix d’accompagnement.
  • Les “Basses” complètent l’harmonie dans les graves.

Les passages plus doux sont appelés “radoucis”. On y retrouve les trois mêmes pupitres (chant, seconde, basse) mais exécutés par des spécialistes du radouci et complétés par un sonneur de “tons bouchés”. Les tons bouchés ? Ce sont ces notes que la trompe ne produit pas naturellement et qui nécessitent que l’on “bouche” le pavillon avec la main pour contrôler la hauteur de la note sonnée. Une gamme chromatique complète couvrant deux octaves peut alors être obtenue.

Le tempo et le rythme sont imposés par les “meneurs”, situés à l’avant du groupe. Toutefois, le groupe entier participe au bon maintient du tempo et au respect du rythme.

 

Les répertoires de la trompe

Si la trompe est intimement liée à la vénerie, elle est aussi un instrument de concerts et son répertoire est bien plus vaste que la musique de chasse :

  • Le répertoire de chasse est composé d’une cinquantaine de fanfares permettant de communiquer sur les divers événements d’une chasse ainsi que sur les animaux. Par exemple, on sonnera le “départ pour la chasse” avant de se mettre en route, le “vol-ce-l’est” lorsque l’on verra au sol l’empreinte de l’animal, le “bat-l’eau” lorsqu’il traversera la rivière, etc… Les animaux chassés ont aussi leur fanfare : le sanglier, la biche, le daguet, le chevreuil, …
  • Le répertoire de petite fantaisie : on y trouve des fanfares de personnes, de lieux, de souvenirs, …  Elles sont écrites en hommage à une personne, à un équipage de chasse, à un endroit ou évoque le souvenir d’un événement qui a marqué leur compositeur. Par exemple, la “Marquise de Noailles”, la “Valère Dornez” ou la “Tertu”…
  • Le répertoire de grande fantaisie : même principe que pour la petite fantaisie mais ces pièces sont destinées à être produite par un groupe.  Elles sont plus longues et plus complexes à mettre en oeuvre. Quelques exemples : À Fellering, Souvenirs de Rouen, Le Grand Rendez-Vous, …
  • Le répertoire liturgique ponctue le déroulement de la messe. Vous pourrez y entendre, parmi d’autres, l’Introït de Chalmel, Offrande, l’Élévation ou la Sortie de Messe d’Hubert Heinrich, …